Les tendances s’estompent, les dominantes passent, l’hyper-personnalisation s’installe

Discourir longuement sur les tendances de l’année pourrait être vain pour définir ce qui doit être fait pour obtenir LA maison. L’individu, rendu anonyme par de longues années de choix imposés, de retour aux valeurs, tente d’émerger du magma de chiffres et d’études souhaitant le définir, le classifier. L’humain refait surface en projetant ses désirs d’affirmation, d’existence réelle, en influençant lui-même son univers. Une fois un style dominant choisit (contemporain, moderne, flashy, baroque, ancien, nature, ….), la maison devient un espace de créativité… Associer un intérieur « nature » à une décoration baroque n’est plus une extravagance, ajouter un brin de bling bling, de bobo, ou encore de tissus orientaux ne constitue plus une contradiction pour peu que le bon goût reste de mise.

A l’opposé des réseaux traditionnels de distribution offrants un choix étudié mais limité par la surface de présentation, l’émergence de nouveaux circuits, Internet en particulier, décuple les possibilités par son espace illimité, pour peu que cette diversité ne soit pas étouffée par une navigation trop complexe.

La consultation d’Internet devient règle avant toute décision. Marques et créateurs sourient pleinement en ayant ainsi un moyen aisé de donner accès à l’ensemble de leurs collections, choix plébiscité par l’envie de distinguer son intérieur, de lui donner une griffe toute personnelle.

Une dominante, le soft-home ou maison-nature

Soft-home, c’est cet art du retour aux sources, de l’utilisation de matières, de matériaux et de couleurs proches de la nature, projetant l’extérieur vers l’intérieur, révélant l’envie de reprendre contact et prise avec notre planète nourricière, de la respecter. L’univers intérieurtérieur s’enrichit premièrement d’une nouvelle pièce, le jardin. Intérieur et extérieur se prolongent et se mélangent, l’extérieur se projette à l’intérieur avec la résine tressée. Le rotin naturel revient en force, les couleurs dominantes s’adoucissent vers les gris cailloux, le bois nature, l’anis doux et le chocolat voluptueux. Noirs, blancs, beiges et bois naturels s’enrichissent de patines et de laques. Les couleurs se font discrètes et douces, feutrées… Les métaux bruts reprennent place dans la maison comme touches industrielles en coexistence avec le monde.

Parce qu’il faut changer souvent, sans toujours jeter, remplacer. Parce qu’il faut pouvoir personnaliser sans que le pouvoir d’achat ne soit pour autant relevé, la modularité, la réutilisation, le recyclage prend pleinement sa place dans la maison. Le sticker, très tendance (j’en parlais dans un précédent papier), se fait ardoise noire, verte, rose, jaune ( Cocobohème – sticker ardoise poule jaune, papillon noir, cochon rose, trèfle vert, autruche noire). La table se fait bar, s’ouvre sur des pans laqués noirs (Tema – Kyoto). Le panier rotin se fait luminaire (KOK Maison– Suspension rotin). Le bambou se ecycle en peignoir (Santens – Gamme Bamboo). Le porte lettre devient porte photo magnétique (Presse citron – Mail4). Les fleurs et les caillous s’invitent sur les sols, les tapis en s’inspirant de leurs formes et couleurs (Nanimarquina – Tapis flower vert – Tapis stones). La mélamine se recycle sur la table (Zak Design– collection en mélamine recyclée). Rotin naturel et son inspiration, la résine tressée, s’emmêlent (KOK Maison, Poufs empilables. Les galets deviennent lampes (Amadeuslampe galets)

Et si l’envie vous prenait de vouloir changer, souvent… l’accessoire fait souvent aussi bien qu’un changement complet de décoration. Pensez-y, renouvelez par petites touches. A l’heure où les budgets ont de l’importance…

Thierry